Aperçus historiques

La musique moderne, hier et aujourd’hui

Toute musique était moderne à un moment donné

Il y a de grandes chances qu'il vous soit déjà arrivé d'entendre une musique du XXe ou même du XXIe siècle qui ne vous a pas fait une très bonne impression, une musique que vous n'avez pas réussi à comprendre. Il vous a semblé que cette musique n'avait ni mélodie, ni rythme, qu'elle avait l'air terriblement discordante et qu’elle ne semblait aboutir nulle part, en résumé, c'était une musique qui paraissait… moderne!

Pas comme Mozart

Les compositions d'Alexina Louie, Claude Vivier et autres compositeurs « modernes » ne ressemblent évidemment pas aux musiques qu'écrivaient Mozart, Beethoven ou Tchaïkovski. Elles ne ressemblent même pas à celles de compositeurs du XXe siècle comme Stravinski ou Bartók. Elles ne contiennent pas de mélodies que l'on aime fredonner, ni de rythmes qui nous font taper du pied. Est-ce que cela signifie que ce ne sont pas d’aussi bonnes musiques? Pas nécessairement. Il faut souvent du temps à nos oreilles pour comprendre ce que les compositeurs essaient d'exprimer dans leur musique. Les modes et les moyens d'expression artistique changent constamment. Lorsque Mozart a inclus des passages particulièrement dramatiques dans son opéra Don Giovanni, de nombreux spectateurs viennois ont été un peu désarçonnés. En effet, ils étaient habitués aux situations légères et frivoles sans véritable engagement des émotions. Mozart a un peu secoué ses auditoires. Bon nombre des chefs-d’œuvre de Beethoven qui constituent aujourd'hui la base du répertoire furent jugés « trop modernes » par les contemporains du compositeur. Lors de la création du Concerto pour piano de Tchaïkovski, une œuvre très appréciée de nos jours, un éminent critique écrivit « C’est étrange, brutal et ultramoderne [...] pourra-t-on un jour aimer pareille musique? ». Le Concerto pour violon du même compositeur fut qualifié de « musique qui empeste les oreilles ».

-Ismes

Une quantité phénoménale de mots en -isme a été inventée pour décrire les différents types de musique composée au XXe siècle : expressionisme, néoclassicisme, primitivisme, sérialisme, futurisme, néoromantisme, minimalisme – et même tous ces termes ne suffisent pas à décrire tous les types de musique. Il semble donc que le trait principal de la musique moderne soit son énorme diversité!

Architecture sonore

Pourtant, s'il fallait absolument définir la musique du XXe siècle, on pourrait souligner la volonté de nombreux compositeurs (bien entendu, il y a toujours des exceptions – Rachmaninov, par exemple) de s'éloigner de l'expression des émotions et de privilégier plutôt la manipulation du son comme un matériau abstrait. Le rythme, l'harmonie et parfois même la mélodie continuent à jouer leur rôle, mais désormais, c'est la forme, la structure les contours et la texture qui ont préséance – la musique est, si l'on veut, abordée comme une sorte d'architecture sonore. Certains compositeurs ont même écrit des morceaux intitulés Lines and Points, Structures, Sonic Contours ou Density 21.5.

La musique moderne se caractérise entre autres par une harmonie très avant-gardiste, un grand usage de la polyrythmie, un recours beaucoup plus grand aux instruments de percussion, des lignes mélodiques hautement imprévisibles (ou pas de ligne mélodique du tout), l'absence de centre tonal (comme le do majeur ou le la mineur), une puissance barbare, des instrumentations extrêmement peu courantes et des scénarios bizarres et parfois même délirants.

Seules quelques œuvres résistent au temps

Nicolas Slonimsky a recueilli, dans une anthologie intitulée Lexicon of Musical Invective, des critiques qui ont complètement démoli, au moment de leur création, des dizaines de compositions qui comptent parmi celles que nous apprécions le plus de nos jours. C'est un ouvrage que vous prendrez peut-être plaisir à feuilleter. Il est important de se rappeler que toutes les musiques ont été modernes à une certaine époque. Seules les compositions qui résistent au temps peuvent entrer au panthéon des chefs-d’œuvre reconnus. Ces compositions sont très rares. En fait, une infime proportion des musiques écrites à une certaine époque sont vraiment bonnes et encore moins trouvent leur place dans le répertoire populaire. Les annales de la musique sont jonchées de centaines, voire de milliers de noms de compositeurs dont la production complète est tout à fait sans intérêt et fort justement oubliée. Il est même arrivé aux grands maîtres - Mozart, Beethoven et leurs semblables - d'avoir des mauvais jours et d’écrire des musiques de qualité médiocre.

De nouvelles directions

L'histoire de la musique révèle une volonté constante d'inventer de nouveaux moyens d'agencer les sons. Dans un sens, de nombreux compositeurs du XXe siècle ont cherché à réagir au romantisme exacerbé du XIXe siècle qui lui-même représentait un rejet de la règle de la forme et de la structure qui avait cours au XVIIIe siècle, qui lui-même… Plus ça change, plus c'est pareil! Quelle direction prendra la musique du XXIe siècle? C'est à vous de le découvrir!

Robert Markow